Psychologie : Plus on est bête, plus on se croit intelligent

 Il est bien connu que nous surestimons largement notre propre intelligence. Selon une étude de 2018, 65 % des Américains affirment qu'ils sont plus intelligents que la moyenne.

 Un biais cognitif encore renforcé chez les personnes les plus incompétentes : plus on est ignorant, plus on croit s'y connaître bien mieux que les autres sur toutes sortes de sujets.

Un phénomène bien connu sous le nom d'effet Dunning-Kruger, mis en évidence en 1999 par les deux psychologues éponymes et qui a regagné en popularité avec l'élection de Trump. « Je me perçois, non comme intelligent, mais comme un génie », avait ainsi tweeté le président américain en janvier 2018.

Dunning et Kruger attribuent ce biais à une difficulté métacognitive des personnes non qualifiées qui les empêche de reconnaître exactement leur incompétence et d’évaluer leurs réelles capacités.

En parallèle, les sujets bénéficiant de véritables compétences ont eu tendance à sous-estimer celles-ci. Cet effet se vérifierait également auprès des femmes et hommes politiques.

 Cette étude suggère aussi les effets corollaires : les personnes les plus qualifiées auraient tendance à sous-estimer leur niveau de compétence et penseraient à tort que des tâches faciles pour elles le sont aussi pour les autres.