Bénin : Pour combattre la drépanocytose, l'Etat exige le test avant le mariage

 ‘’Si j’avais su, je n’aurais jamais accepté d'infliger une telle souffrance à mon fils et ma femme, j’aurais évité ce mariage!’’. Ces mots de regrets sont de Monsieur Paul, parent d’un enfant "drépanocytaire", c'est-à-dire malade de la drépanocytose. 

La drépanocytose, une maladie de sang, réputée comme l’une des plus "dangereuses" au Bénin, est une maladie héréditaire qui touche bon nombre de Béninois.

La drépanocytose, une maladie de sang, réputée comme l’une des plus "dangereuses" au Bénin, est une maladie héréditaire qui touche bon nombre de Béninois. Elle représente un quart des patients au service des maladies de sang du Centre National Hospitalier Universitaire Hubert K. Maga. "Près de 60% des personnes touchées sont suivis à l'hôpital", selon le docteur Bienvenu Houssou, Hématologue clinicien. Des chiffres majeurs malgré les efforts du gouvernement. 

Un test à faire avant toute union

Pour combattre la maladie, il suffit pourtant de se faire tester pour savoir si l'on est porteur d'un gène. En évitant alors que son ou sa partenaire en soit porteur également, on empêche de transmettre la maladie à des enfants. S’il est vrai que le bilan prénuptial exigé par le Bénin intègre ce test de l’électrophorèse de l’hémoglobine pour chacun des deux partenaires avant tout mariage civil, il n’en demeure pas moins que ‘’tout le monde ne célèbre pas le mariage’’ dans le pays. Surtout dans les zones les plus reculées ! Et certains passent donc entre les "mailles" de ce dépistage...

#Genie_africain : Le kenyan qui veut fabriquer le premier avion made in Africa. Gabriel Nderitu, jeune entrepreneur...

Publiée par Afrogenius Science sur Dimanche 6 juin 2021

Lire aussi : Une jeune femme malienne de 25 ans donne naissance à neuf bébés

C'est devenu une urgence : chacun doit mettre les mains à la pâte pour lutter au mieux contre ce mal qui détruit des familles au Bénin. Pour ce faire, la vice-présidente de l’Association de Lutte contre la Drépanocytose au Bénin lance cet appel à chaque béninois : "Avant tout mariage, que chacun des partenaires fasse l’électrophorèse de l’hémoglobine !’’.

Reste à ne pas oublier ceux qui sont déjà malades. "Vu le nombre de patients atteints et le caractère restreint de la prise en charge, il urge que le gouvernement agisse afin de multiplier les centres de prise en charge dans le but de permettre à tous les patients d’accéder aux soins’’, exhorte-t-elle encore car ‘’tous ont le droit d’être prise en charge’’. Puissent-ils être entendus !

Malgré les efforts du gouvernement, tous les patients non pas accès à la prise en charge de la drépanocytose au Bénin. L’ignorance de la population sur le mode de transmission favorise la maladie.

Vous avez aimé cet article - recevez tous nos articles directement en vous abonnant au site internet, cliquez sur JE M'ABONNE 

@Honorat Douanet - rédacteur en chef Afrogenius science